Hintergrund

2017

Agri du 26 mai 2017

L’ambiance était à la fête samedi sur trois exploitations qui présentaient leurs nouvelles infrastructures agritouristiques soutenues dans le cadre du projet Marguerite. La partie officielle avait lieu chez la famille Lachat.

Au travers des «Portes ouvertes à la ferme» samedi chez trois familles d’exploitants du Jura et du Jura bernois, les visiteurs ont pu découvrir les infrastructures agritouristiques mises en place grâce au projet Marguerite. Quelque sept millions de francs de soutiens sont prévus entre 2016 et 2021 en faveur de ce projet de développement régional, cela afin d’insuffler une dynamique au tourisme et à l’agritourisme du Jura et du Jura bernois.

Famille Lachat de Courcelon
Six familles d’agriculteurs vont ainsi pouvoir réaliser leur projet grâce à une subvention à fonds perdu de 40% aux investissements (lire Agri du 8 juillet 2016, en page 9). Ce samedi, trois d’entre elles présentaient leurs nouvelles installations, dont la famille Tècle et Martial Lachat, de Courcelon (JU), qui accueillait, en plus, une partie officielle en fin de matinée, avec brunch et animation musicale.
«Nous avons adhéré au concept, explique Martial Lachat, pour améliorer la diversification et pour avoir un outil de travail performant.» Le résultat est satisfaisant et prometteur avec l’installation d’une machine qui gère la mise en bocaux ou bouteilles de sirops et confitures.
Le magasin «Au plaisir du terroir» est un espace lumineux et très bien aménagé sans compter les chambres d’hôtes intégrées à la ferme. «Grâce à ce projet, poursuit Martial Lachat, nous avons pu équiper de façon optimale nos locaux et nous bénéficions d’une infrastructure moderne et adaptée pour valoriser les produits d’ici.»

Se faire connaître
«C’est important de faire découvrir nos activités et le lieu. Il faut soigner l’accueil pour que les gens reviennent, explique Tècle Lachat. Notre ferme n’est pas en bordure d’une route principale alors une bonne publicité est nécessaire.»
Dans ce gîte rural de Courcelon, on trouve plusieurs chambres pour les hôtes et une quarantaine de places pour «Aventure sur la paille». Les hôtes s’immergent dans la vie rurale sur cette exploitation qui compte une soixantaine de vaches à l’engrais et des petits animaux pour une ferme herbagère de 32 hectares avec productions de fruits et petits fruits. C’est beaucoup de travail mené avec un bel esprit d’ouverture et de professionnalisme.
SUR LE WEB www.giterural.ch

Le Journal du Jura du 22 mai 2017

Ferien für die Sinne, natürlich auf dem Bauernhof

Ferien für die Sinne, natürlich auf dem Bauernhof

BAUERNSCHLAUE ZUSATZGESCHÄFTE

Landwirte und Gastgewerbler haben ähnliche Herausforderungen zu bewältigen. Wobei die Bauern beim Aufgleisen alternativer Einnahmequellen die Nase noch vorn haben.

Lese den ganzen Artikel der Hotellerie Gastronomie Zeitung  hier

Agri

La Cave des viticulteurs de Bonvillars a créé un nouvel habillage pour ses crus, lancé par le biais d’une Fashion Week en dialogue avec des créateurs de mode.

Afin d’être à la page, à la hauteur de la qualité de ses millésimes, parler le langage de son temps et correspondre au
besoin d’immédiateté qui caractérise les jeunes aujourd’hui, la Cave des viticulteurs de Bonvillars (CVB) a créé une nouvelle ligne d’étiquettes. Pour le lancement ce nouvel habillage, il fallait un événement écrin, en dialogue avec les créateurs de mode. Du 23 au 29 mars, la cave a organisé une Fashion Week dans ses spacieux locaux, animée par des stylistes de mode et des artistes. Une idée inspirée par la directrice Sylvie Mayland.

Entre le vin et la mode, les liens sont aisés à trouver: tous deux sont des métiers «artisanaux faits de patience et de
minutie marqués d’une même passion pour la transformation d’une matière première noble», selon Sylvie Mayland.